•  

     

     

    L'écrivain ignore qu'il raconte des histoires

    quand sa femme voudrait cueillir des roses.

     

     

    Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

    Ce n’était pas possible que l’apocalypse se produise ainsi un soir d’hiver dans un couloir étroit d’une maison à l’orée de la forêt. Non, c’était impossible : la preuve, mon imagination fonctionnait bien et ne me lâchait pas. Je venais d’évoquer malgré moi le mot qui ne me quitta pas de la soirée. Imagination. Et ne voyais pas d’autres explications à ma terreur que la fulgurance de cette découverte au beau milieu du passage étroit. 

    (Extrait de mon recueil de nouvelles, A un moment donné, éditions Tarmac)

     

    Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Il ne trouvait plus rien d'étrange, s'était habitué à tellement de choses incroyables, qu'il était prêt à tout vivre sans s'en émouvoir, répétait-il souvent. Personne ne le croyait : cette remarque il l'avait empruntée à son père et il aimait la réemployer, plus par goût des formules toutes faites de son père qu'autre chose. C'était l'homme le plus émotif du village et il s'était mis à vieillir très vite à cause de millions d'émotions qu'il avait été incapable de maîtriser.

     

     

    Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

    je rentre le ventre

    des réveillons à venir

    en songeant au sens des fêtes

    perdues dans les bois

     

     

    Blogmarks

    1 commentaire
  •  

     

    Le cochon qu'il venait tuer

    chez nous tous les ans

    saignait bien à côté du poirier.

    Si bien que quand on mangeait

    du clafoutis aux poires

    il avait parfois un goût de boudin.

     

     

     

     

     

    Blogmarks

    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires