•  

     

     

     

     

    A la petite cuillère

    je construis des tas intérieurs

    de plus en plus minuscules

    alors qu’ils devraient être énormes

    depuis le temps que le sel coule

    en forme de maison

    que les garages ne sentent plus l’essence

    et que les pigeons ne savent plus

    être voyageurs à part sur des cartes postales

    de pays dont j’invente les langues

    heure après heure.

     

     

     

     

     

    Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

    Il gueulait à la mort par la fenêtre ouverte

    le museau tendu vers le ciel

    au deuxième étage

    juste en face de la salle du vernissage de l’expo.

     

    Alors la fillette voulut

    qu’on lui apportât de l’eau pétillante

    parce qu’il devait avoir soif

    à moins qu’il se sentît très seul sans son maître.

     

    Perdu ce chien de traîneau noir et blanc.

    Il faisait chaud ce soir-là

    et les œuvres évoquaient l’automne.

    Mais ces bêtes-là ne boivent pas d’eau gazeuse dit le père

    d’ailleurs les artistes le savent bien.

     

    Ils trinquèrent alors de joie entre eux

    ou peut-être d’émotion à cause des cris vespéraux

    puis finirent par aboyer

    pour tenir compagnie à la bête triste.

     

     

     

     

    Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

    Il semblerait que d’un seul coup

    la chute fût fatale

    et puis non

    au dernier moment

    il se releva tranquille s’assit

    et se mit à l’œuvre sans s’arrêter

    comme si de rien n’était

    et finit par pondre des livres des livres

    et des livres racontant son réveil

    à sa table d’écrivain

    en face des cocottes minutes

    s’emballant du matin au soir

    sous son nez la vapeur

    des soupapes à respirer.

     

     

     

     

     

    Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    Les tongs tombent de mes pieds

    et tu parles à tes collages par terre.

     

    Tout est au même niveau.

     

    Un homme tourne les pages

    d’un journal lointain

    des paréos sèchent dehors sur le balcon.

     

    Le temps de remettre les images

    dans l’ordre afin de mieux saisir

    les enrochements

    les stalagmites

    bouche ouverte corps tendu

    que le puzzle soit complet

    dans la boîte sur les murs

    mais infini et prêt à se refaire

    au moment de dormir.

     

     

    Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

    Les fenêtres ouvertes

    donnent sur les jouets des enfants

    laissés là en plein milieu

    de la terrasse

    multicolores les dînettes

    les poupées les baigneurs

    les jeux de construction.

     

    Et tout de suite dans la maison

    rentre un baiser d’enfance

    très bref

    le temps de comprendre

    que les années ont fait le grand écart

    en laissant des îles de toutes les couleurs

    sur le sol de l’insouciance

    et dans la tête de celle

    qui a laissé les fenêtres ouvertes

    la nuit entière.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Blogmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires