• A l'instant où le monde

     

     

     

     

    A l’instant où le monde

    est une abstraction

    la circulation des voitures

    dans la rue a à voir

    avec le bruit lancinant des marées.

    En continu

    sous la douche

    c’est comme si

    les veines du corps

    s’étaient déplacées

    vers l’extérieur

    que le flux sanguin

    était une musique de chambre

    qu’avec les jambes

    comme unique accélérateur

    le temps était un poignard invisible

    rentré dans la chair.

    Les tempes des voyageurs

    à l’hôtel battent aussi fort

    que les vibrations des fenêtres

    séparant l’espoir du roulement de tambour.

     

     

     

     

     

     


    Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :