• Dans le noir le corps

     

     

    Plus je réfléchis à mon mal, plus celui-ci m’échappe. Des symptômes en entraînent d’autres qui s’opposent aux précédents sans que je comprenne grand chose aux manifestations du corps - que je croyais pourtant un peu maîtriser avant d’atterrir ici. L’anatomie a une autre vie quand elle est coupée du monde de la lumière, elle s’adapte jusqu’à un certain point, elle réagit sans que je m’y attende à des manques que j’étais loin d’imaginer.

     

     

    Dans le noir la vie est un filet accroché aux parois rêvées d’un jour invisible.

     

     

    Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :