• Et puis il y a le téléphone

     

     

     

    Et puis il y a le téléphone

    qu’il sonne en hiver ou en été

    c’est comme si le réel était plus réel

    qu’il fallait se ressaisir

    réagir ou pas

    jusqu’à ce qu’on voie

    le numéro affiché.

     

    A l’inverse

    parfois les saisons

    ont cet effet de sonnerie

    elles accentuent les peurs

    ou nous rendent moins graves.

     

    Avec une voix au bout

    qu’on n’attend pas

    qu’il pleuve

    qu’il vente

    ou que le soleil brille.

     

     

     

     

     

    Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :