• Je me revois dans le cimetière

     

     

     

    Je me revois dans le cimetière de mon enfance à inventer un passé – d’après la photo en médaillon posée sur le marbre du caveau – aux morts inconnus que j’adorais venir voir. Je n’aurais jamais osé avouer à qui que ce soit les films que je me faisais enfant. D’après la moustache, le sourire, le regard, les habits, l’âge ou le chignon des morts enterrés, j’avais de quoi broder jusqu’au retour sur les circonstances de leur décès. Je m’attardais sur les tombes exagérément bien fleuries. Mais aussi sur celles des nouveaux-nés, des enfants, où l’on pouvait voir écrit le mot Ange. J’étais persuadé que des ailes avaient poussé dans le dos de ces petits êtres devenus tout blancs et qu’ils nous regardaient du haut du ciel, nous tenaient compagnie, enfin bref poursuivaient une deuxième vie pour le bien des gens qui les avaient aimés.  Extrait du Bunker, premier témoignage, Editions Jacques Flament 

    Et pour lire un autre extrait ou commander l'ouvrage il suffit de copier coller le lien suivant :

    http://www.jacquesflamenteditions.com/165-le-bunker-premier-temoignage/

     

     

     

     

    Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :