• La carabine

    À force de fixer les imperfections du plafond peint, je parvenais à discerner la noirceur du ciel au-dessus. Je me voyais étendu là sur mon lit à ne plus vouloir bouger, transi de dégoût et de désespoir. Je ressemblais à un pantin désarticulé et cette image de moi-même me plaisait. J’ai un oiseau bleu dans le cœur, c’est à ce poème de Bukowski que je pensais, pourquoi celui-ci plutôt qu’un autre, je n’en sais rien. Certainement à cause du ton du texte, de cette confusion extrême que je ressentais.

    La balle de vingt-deux long rifle était légèrement humide à cause de mes mains transpirantes, alors je l’essuyais sur le couvre-lit, je ne voulais pas qu’elle foire dans le canon, qu’elle soit trop molle ; non je voulais qu’elle reste bien sèche pour mieux rentrer dans mon crâne et éclabousser les murs, les arbres de la merde qui l’encombrait. Il n’y avait rien à faire : dès que je la reprenais, comme on tripote une pièce dans sa poche de jean en faisant la queue au cinéma, elle redevenait humide et désagréable au toucher.

     

    Un moment donné je l’ai placée à la verticale sur ma table de chevet et j’avais de plus en plus peur de ma volonté d’en finir. Je ne pouvais plus faire machine arrière puisque j’avais décidé que là, cet échec au Bac pour la deuxième fois, c’était la goutte d’eau qui avait fait déborder le vase. Je recalculais les notes que j’avais dû avoir. La philo, oui, mais c’est bien sûr, ça devait être à cause d’elle, coefficient cinq, j’ai dû me taper un sur vingt à la question : Peut-on être esclave de soi-même ?  Le correcteur n’a pas dû comprendre mon raisonnement tiré par les cheveux, faut dire que moi et la logique, on n’a jamais été copains, et en philo comme c’est un peu artificiel comme matière, ça n’a pas dû plaire mon côté rentre-dedans, à fleur de peau et contestataire. Le prof m’avait prévenu, le jour du Bac, force-toi à être plus académique, parce que si tu tombes sur une tête de con, tu peux le payer cher. Il avait raison, mais comme avec lui j’avais toujours la moyenne, je pensais que ça aurait été la même chose à l’examen. Il y a beaucoup d’aristo en philo, m’avait-il dit un jour, alors que j’étais resté avec lui à la fin d’un cours pour qu’il m’explique une notion dans un texte de Jankélévitch que je n’avais pas bien comprise.

    (Extrait du recueil Nouvelles septentrionales, éditions du Zaporogue, en téléchargement gratuit, voir références dans la marge à droite, rubrique "Mes ebooks gratuits")  

    Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :