• Le cochon qu'il venait tuer

     

     

    Le cochon qu'il venait tuer

    chez nous tous les ans

    saignait bien à côté du poirier.

    Si bien que quand on mangeait

    du clafoutis aux poires

    il avait parfois un goût de boudin.

     

     

     

     

     

    Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Jeudi 21 Septembre à 06:54

    Merci Thierry d'avoir ajouté mon blog en lien. Cela va l'aider, il est vraiment bien peu visité ! En plus je ne sais pas me servir de l'administration et je ne pourrai pas t'y mettre en lien, désolé ! Quand j'étais sur Over-blog, tout cela allait mieux, mais je me suis retrouvé envahi de pub, et j'ai abandonné deux beaux sites où j'avais des centaines d'articles bien répertoriés.

      • Jeudi 21 Septembre à 07:16

        Je t'en prie, Serge. Je répertorie les blogs d'amis dont j'aime le travail et que je visite de temps en temps. Bonne journée à toi !

    2
    Jeudi 21 Septembre à 11:40

    Voilà un poème bien goûteux ! :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :