• Poèmes estivaux 42

    Elle est venue ici dans les années soixante, pendant ses vacances, et y est finalement restée pour épouser un indigène qui est toujours son mari actuel. Depuis, elle travaille dans ce même hôtel. Les affaires, cela ne l’intéresse pas, lui a-t-elle expliqué, de même, a-t-elle poursuivi, qu’elle n’aspire à rien d’autre dans la vie qu’à être présente, tous les matins, à son poste de réceptionniste et à se baigner, le soir, dans la mer tiède et hyaline, juste après le travail, quand il y a moins de touristes sur la plage. C’est le moment pour elle de décompresser, de se décontracter en nageant lentement mais régulièrement, très loin vers l’horizon. Et juste après ses longues nages vespérales, elle reste immobile, verticale, à la surface de l’eau, à attendre que les poissons lui caressent les jambes et le reste du corps.

    Elle lui a également raconté, entre deux coups de fil, qu’elle aime cette sensation de frôlement de son corps, car rare et unique et que pour elle, la pêche est un crime. C’est contradictoire avec le passe-temps de son mari, pêcheur amateur : il déteste qu’elle lui narre certains soirs le plaisir qu’elle a eu à se laisser toucher le ventre par les écailles des poissons. Pour elle, c’est plutôt de la jalousie et de la frustration qu’autre chose, d’autant plus que le soir de ses aveux, il rentre bredouille et qu’à chaque fois, il est fatigué pour accomplir son devoir conjugal. Aller à la pêche, le soir, après le travail, c’est d’après sa théorie, une manière de vouloir se rapprocher un peu plus du dernier instant de vie. Il y a un rapport entre la fascination pour l’eau et le goût de l’au-delà. Elle est d’accord avec elle : les gens déprimés et suicidaires ont tendance à être attirés par l’eau.

    Haut du formulaire

     

     

    Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Mardi 16 Août 2016 à 07:21

    Texte étonnant !

    2
    Mardi 16 Août 2016 à 10:57

    C'est le mot qui m'est venu en lisant cette histoire d'amour avec les poissons !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :