•  

     

     

     

    Le feu crépite dans l'âtre

    une mésange traverse mes pensées

    je suis un tercet à moi tout seul.

    (petits poèmes imbéciles)

     

     

     

     

     

    Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Fatigué

    le souvenir

    boit un coup

    avant de repartir

    mais rien n'y fait

    il est à nouveau épuisé

    quelques mètres plus loin

    alors finit par prendre une cuite

    le ventre vide et les veines du front dilatées

    condamné à s'oublier pour le plaisir de vivre enfin le présent.

    (petits poèmes imbéciles)

     

     

     

     

    Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

    Il avait une part d'opéra.

    Elle mangeait une tartelette aux pommes.

    Il regardait dans le vide tout en mastiquant.

    Elle était concentrée sur sa cuillère

    qui ne voulait pas couper

    son dessert en petits morceaux.

    Soudain il lui proposa de l’aider

    alors qu’il avait la bouche

    pleine de ganache.

    Elle refusa en lui demandant

    de s’occuper de son assiette.

    Il continua à mastiquer

    sans vouloir la déranger.

    Elle finit par lui dire

    C’est quand même triste de vieillir.

    (petits poèmes imbéciles)

     

     

     

     

    Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

    Chaque hiver

     

    arrive la goutte au nez

     

    un bouquet de houx

     

    dans la poche

     

    plein de promesses

     

    jamais tenues

     

    qu'on lui pardonne

     

    tout de suite

     

    sans vraiment savoir

     

    pourquoi

     

    et c'est très bien.

     

    (petits poèmes imbéciles)

     

     

     

     

     

    Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

    Pourtant je sais bien

     

    qu'il suffit de peu

     

    pour que je sente

     

    le goût de la menthe

     

    dans ma bouche

     

    mais je m'obstine

     

    à renifler le parfum

     

    des roses montantes

     

    devant la fenêtre

     

    à chaque fois

     

    que je passe devant

     

    dans l'espoir

     

    d'être et d'être

     

    toujours de plus en plus.

     

    (petits poèmes imbéciles)

     

     

     

     

    Blogmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires