•  

     

    Je suis heureux de vous annoncer la sortie de mon 20ème livre, et cette fois c'est aux Editions Alcyone, Saintes(17). Il s'agit d'un recueil de poèmes écrits après la nuit après quand le souvenir des rêves ne demande qu'à devenir des poèmes à écrire. Si vous voulez en savoir davantage sur son contenu - bientôt mis en ligne sur le site des éditions Alcyone - ou l'acquérir, n'hésitez pas à me joindre via ma boîte mail - dans la marge en haut à gauche du blog en cliquant sur "Contact".

     

     

     

      

    Lire la suite...

    Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

    L’enfant malade arrive


    En plein milieu de la réunion familiale


    Les couteaux et les assiettes


    Posés sur la table


    Chacun avec son histoire dans la tête


    On ne sait jamais


    S’il faut dire quelque chose


    A l’enfant malade


    Pourtant déjà parti jouer


    La morve au nez


    C’est le début du repas


    On n’avait pas imaginé


    Que cela pouvait commencer


    De cette manière


    La fête


    Mais si

     
    La preuve

     
    Les petits cris


    Les sourires forcés


    Les bouts d’herbe qui dépassent


    Par la fenêtre


    Font partie du décor


    Quand le poulet est servi


    Et que tout le monde est sur son trente et un


    Un enfant malade


    Qui surgit sans prévenir


    Peut ne pas aimer manger entourés d’adultes


    En train d’émettre


    Des sons insoupçonnables


    Personne n’y a pensé


    Mais chacun sent à la tête que fait son voisin


    Qu’il songe à autre chose


    En rapport avec la maladie
    .

     

     

     

     

     

    Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Il y a deux ans, j'écrivais ceci dans mon Journal :

    Lire la suite...

    Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Après sa longue journée

     

     

    passée les mains

     

    dans la terre

     

    elle avait chez elle

     

    les yeux remplis de larmes

     

     

    quand on l'embrassait. 

     

     

     

     

     

    Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Dès que je lis

     

     

    des poèmes amérindiens

     

    j'ai le sentiment d'être un Indien.

     

    Et cela m'a suffi

     

    pour bien commencer la journée :

     

    à l'est de la maison

     

    des grenouilles dans l'étang

     

    amorcent les nuages de tonnerre

     

    sous des roseaux éventés.

     

     

     

     

     

    Blogmarks

    votre commentaire