•  

     

     

     

    Doucement, un pas après l’autre, j’ai monté les marches dans l’espoir un peu fou que tout s’arrête en haut, que l’artère de ma cuisse, triturée depuis le début avec la balle, cède et inonde le plancher de ma chambre de sang rouge noir. J’accordais à nouveau une importance particulière aux couleurs. Je ne sais pas pourquoi. Un reste d’attachement à ma vie de merde, peut-être. Ma jambe était douloureuse. Je sentais sous mon doigt le trou laissé par la pointe de la balle. Arrivé en haut, sur le palier, j’ai traîné la jambe jusque dans ma chambre et me suis à nouveau allongé sur mon lit. J’étais encore plus perdu que la veille, complètement vidé et contrarié. Il y a longtemps que j’aurais dû me mettre une balle dans la tête. Je pensais que j’étais trop jeune, que les choses allaient sans doute changer, qu’on ne pouvait pas devenir quelqu’un de bien dès la naissance, qu’il fallait des années de vie et de conneries avant d’y parvenir. Je me suis trompé. Le temps chez moi a pourri mes espoirs, m’a rendu encore plus bête au point d’être incapable de décrocher mon Bac pour la deuxième fois, me répétais-je.

    Extrait de La carabine in Nouvelles septentrionales, éditions Jacques Flament http://www.jacquesflamenteditions.com/341-nouvelles-septentrionales/

     

     

     

     

    Blogmarks

    2 commentaires
  •  

     

     

    On ne sait jamais

    comment naissent les songes

    mais ce que je peux dire

    et que je vérifie

    chaque fois que j'écris

    c'est que je reconnais

    parmi eux

    ceux qui poussent

    leur premier cri

    et attendent tout de moi

    et les autres dont la voix

    portent peu

    mais ne me demandent rien.

    Blogmarks

    2 commentaires
  •  

     

    Quand arrive dimanche

    les chiens aboient subitement

    et le linge sèche en douceur

    comme si de rien n'était

    si ce n'est qu'un passage obligé

    vers des heures plus tumultueuses.

     

     

     

    Blogmarks

    votre commentaire
  •  
    AGENDA

    Thierry Radière au château-Musée de Villevêque

    TYPE D'ÉVÉNEMENT : 
    LECTURE PUBLIQUE
    16 SEPTEMBRE 2018
     
    16H
    CHATEAU-MUSÉE
    Spécialité : 
    Littérature, Poésie
     

    Dans le cadre des Journées européenes du Patrimoine, la MIEL accueille l'écrivain Thierry Radière.

    Ses derniers recueils de poèmes parus sont Les samedis sont au marché illustré par Virginie Dolle aux Editions des Carnets du Dessert de Lune et Après la nuit après aux éditions Alcyone. Il se considère avant tout comme un auteur d'aventure intérieure, spécialisé dans les récits intimistes et les ambiances de huis clos.

    Contact

    Organisateur : 
    MIEL
    Responsable : 
    Alain Chiron
    Courriel : 

    Informations pratiques

    Lieu : 
    Chateau-musée
    49140 - Villevêque
    Tarif : 
    Gratuit
    Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Je pourrais me dire

    que j'ai assez écrit

    comme ça

    et pourtant je sais

    (j'ignore comment)

    que je me mens

    à moi-même

    pour poursuivre

    le voyage et donc

    oublier mes mensonges.

     

     

     

    Blogmarks

    votre commentaire