• Rêvasser est nécessaire (1)

     

    Cette nouvelle histoire qu’elle me raconta, et qu’elle avait elle-même entendue lors d’une émission tardive à la télé, me poursuivit toute la nuit. Il faut dire, je suis assez bon public avec ma femme. Dès qu’elle ouvre la bouche et qu’elle commence à me narrer quoique ce soit, je redeviens un enfant impatient de connaître la fin du récit. En réalité, même si parfois elle se termine en eau de boudin, j’aime autant : cela m’oblige à imaginer la suite et par là même à faire travailler mon imagination. Notre amour se bonifie et s’entretient de cette manière : par une espèce de rapport de conteur à éponge et d’écrivain à lectrice. Quelque chose entre les deux métamorphoses se produit depuis le début, que ni l’un ni l’autre nous n’essayons de comprendre. Cette relation nous convient à merveille, à tel point que nous nous demandons souvent elle et moi ce que nous serions devenus si nous ne nous étions pas rencontrés. Elle est persuadée qu’elle serait restée célibataire. Quant à moi, je pense que je n’aurais jamais été publié. J’aurais peut-être continué à écrire - comme je l’ai toujours fait - mais j’aurais poursuivi mon labeur démoralisé à force de collectionner les lettres de refus, envoi après envoi. C’est ma tendre et chère qui m’a mis les yeux en face des trous. Grâce à sa sagacité et à son intelligence, j’y ai vu plus clair. Je lui dois beaucoup. Elle prétend que j’exagère, que j’aurais fini par trouver un éditeur, même avec une autre épouse. Parce que les livres que j’écris personne d’autre que moi ne peut les pondre, qu’elle n’y est pour rien là-dedans et qu’on s’est rencontrés au bon moment, c’est tout. Le sale boulot c’est toi qui te le tape, me répète-t-elle souvent. D’un autre côté, elle aussi elle aurait fini par tomber amoureuse d’un type qu’elle aurait rencontré sur son lieu de travail. Comme c’est le cas la plupart du temps. Ils se seraient mariés, auraient vécu heureux avec ou sans enfant. C’est évident.

     

     

    Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Lundi 9 Janvier à 14:24

    Rencontre alchimique entre l'écrivain et la conteuse. 

    Une histoire d'amour.

    Un histoire à conter debout.

    A suivre...

    2
    Lundi 9 Janvier à 14:38

    "Le complexe de l'éponge"

    Et l'éponge éponge / le monde

    -foie d'écrivaillon

    ;-)

    Murielle (MCDem.) Compère-Demarcy

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :