• Rêvasser est nécessaire (6)

     

    Alors qu’elle corrigeait ses copies, tout en écoutant le documentaire, elle était loin d’imaginer qu’une fois de plus, son récit allait m’inspirer. À tel point que je me posai des questions quant à mon propre travail d’écrivain : comment m’y étais-je donc pris pour écrire alors que je ne connaissais pas encore Dominique ? Où avais-je appris mon travail d’éponge ? Qui me l’avait enseigné ? Qui écoutais-je comme ça jusqu’à produire des centaines et des centaines de pages ? Et tout de suite je fis le lien entre mon questionnement et celui de cet homme retrouvé momifié sous une bâche. Comment vous expliquer ces rapprochements étranges ? Chaque explication une fois écrite est pour moi l’occasion de partir dans une autre direction, comme elle n’attendait que cela ; qu’on la secoue un peu pour qu’elle explique ce qu’on  n’envisageait pas de trouver. Avec cette philosophie de la vie, que je me suis fabriquée depuis pas mal de temps maintenant, je me rends compte aujourd’hui que ce manuscrit que j’imagine retrouvé dans les mains de la momie forestière, est lui aussi un livre de confidences sur le pourquoi du comment cet homme en était arrivé là. Comme Dominique avait pris l’émission en cours, il ne me restait plus qu’à la poursuivre matin et soir devant mon ordinateur. Des images inattendues s’imposaient à moi que je fus bien obligé de garder. D’un autre côté, cela m’arrangeait. Et puis je me dis que j’écrivais toujours de la sorte, avec une grosse part d’imprévu que je ne devais surtout pas censurer. Sans elle, je n’aurais certainement eu de prise sur rien. Mes romans auraient tous été d’une platitude sans nom.

     

     

    Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Lundi 9 Janvier à 14:54

    Bonjour Thierry,

     

    Il me manque l'épisode (4) et (5)  ;-(

     

    Murielle (MCDem.)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :