• Tableaux d'une autre vie (37)

     

     

     

    Mon oeuvre porte, je crois, les cicatrices inconscientes de mon hésitation. Mon geste est sûr mais je ne sais jamais où il va m'abandonner. Je m'accroche à lui et fatigué, je le laisse partir.

    Mes photos sont comme des toiles creusant dans le noir et blanc la route cachée qu'on ne voit jamais. Enfant, j'aimais marcher sur des sentiers que je ne connaissais pas. Ils me donnaient toujours la sensation d’explorer une partie méconnue de moi-même. J'étais attiré par les petits chemins qui parfois ne menaient nulle part, sinon à la preuve que j'avais dépassé ma peur. C'est ce qui se passe quand je crée.

     

    Je pourrais continuer encore longtemps l'évocation de mon enfance mais le résultat final serait identique : constat d'une première mort inconsciente que je commémore à l’infini.

    Je me demande si cette enfance que j'ai racontée est bien celle que j’ai réellement vécue. Peu importe.

     

    Je crois que si j'avais aimé peindre quand j'étais petit, je ne serais jamais devenu peintre.

     

     

     

    Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :