• Il n'y a jamais d'heures

     

     

     

     

    Il n'y a jamais d'heures
    dans ses poèmes
    et pourtant
    les émotions que j'y ressens
    durent longtemps
    très longtemps
    après que je les ai lus.

     

     

     

    Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Vendredi 4 Mai à 08:11

    Ce ne sont pas les miens, puisque "Cinq heures trente un matin de la semaine..." (page 24). A relire, d'ailleurs, cher Thierry, tu y ramasseras peut-être et sans doute le seul coquillage de ces p(l)ages !

      • Vendredi 4 Mai à 17:31

        Ce sont ceux d'un poète scandinave dont j'ai oublié le nom. Merci de ton rappel !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :